Accueil     Présentation générale     Missions et Matériels     Navigabilité des axes     Ressources     Partenaires     Publications
 
 
  Historique
  Historique
  de 1949 à 1959
  de 1959 à 1969
  de 1969 à 2007
  de Mars 2007
 
1969 - 2007 : Service Commun d’Entretien des Voies Navigables RCA/CONGO.

Le 24 octobre 1969, le retrait de la République Populaire du Congo de l’ATEC entraîne la création de :

• l’Agence Transcongolaise des Communications (ATC) en République Populaire du Congo, comprenant une Direction des Voies navigables,
• l’Agence Centrafricaine des Communications Fluviales (ACCF) en République Centrafricaine, comprenant une Direction des Voies Navigables.

Le 27 février 1970 un protocole d’accord portant organisation d’une Commission Mixte Permanente Centrafricano-Congolaise pour la Coordination des transports de Surface est signé.

Le 27 février 1970, un autre protocole d’accord Centrafricano-Congolais confie l’entretien en commun de l’ensemble du réseau des voies navigables du bassin Congo-Oubangui-Sangha à l’Agence Transcongolaise des Communications (ATC) et à l’Agence Centrafricaine des Communications Fluviales (ACCF).

La réalisation de cette mission est assurée par un Service sans entité juridique sous la tutelle des deux Agences, le Service Commun d’Entretien des Voies Navigables (SCEVN).

L’ensemble du matériel fluvial de l’ex Direction des Voies Navigables de l’ATEC est remis à la disposition de l’ATC et de l’ACCF.

Les critères de répartition du réseau fluvial entre les axes inter-Etats et les Voies Fluviales propres à chaque Etat sont ceux qui étaient définis par l'ex ATEC. De même, ont été conservées les modalités de financement de l'entretien de l'ensemble du réseau fluvial précité.

Il a été précisé en outre, que les installations à terre de l'ex ATEC à Bangui, et le personnel qui y est rattaché (Base Fluviale et Port) de même que les installations à terre de l'ex ATEC à Brazzaville et le personnel qui y est rattaché (Base Fluviale et Port) ne seraient pas intégrés dans la gestion commune des Voies Navigables par l'ATC et l'ACCF.

Le réseau fluvial directement entretenu par le SCEVN ne concerne plus que les axes fluviaux inter-Etats à savoir :

a°) Le Congo :
Passes rives droites dans la zone de Mossaka
du km 452 au km 520 - 68 km

b°) l’Oubangui du confluent à Bangui - 600 km

c°) la Lobaye du confluent avec l’Oubangui à Loko Safa - 90 km

d°) la Sangha et Haute-Sangha de Mossaka à Nola - 781 km

soit environ 1500 km

Le SCEVN balise pour le compte des deux Etats :

- Le Haut-Oubangui de Bangui à Ouango - 554 km

- La N’Goko de Ouesso à N’Gbala - 188 km

Conformément aux recommandations 05 et 06/80-SC-CM de la Sous Commission de la Commission Mixte du 6 novembre 1980, ces deux derniers tronçons sont intégrés dans la gestion commune ainsi que la passe congolaise du Pool de Brazzaville à Maloukou soit 30km.

Il est à noter qu’en 1989 avec l’édification par le Zaïre d’un barrage hydroélectrique à Mobaye, la zone d’intervention du SCEVN sur le Haut-Oubangui a été ramenée à 378 km.

Pour effectuer ses missions, le SCEVN a bénéficié d’importantes subventions de l’Union Européenne.

Le 3ème FED régional a permis de 1974 à 1976 de remplacer l’ensemble des 6 brigades fluviales en service depuis 1950 et d’en créer 3 autres

Le 5ème FED régional de 1986 et le 6ème FED régional de 1995 à 1998 ont amorcé la mise à jour, le renforcement et le renouvellement du matériel financé en 1974.

Auparavant, une nouvelle brigade de dragage avait été acquise en 1970 pour 215 M. Fcfa dont 130 M. au titre d’un emprunt auprès de la Caisse Centrale de Coopération Economique de la France.

 
 
Accueil     Présentation générale     Missions et Matériels     Navigabilité des axes     Ressources     Partenaires     Publications
Contacts     Mentions légales     Réalisation Beto-Consulting
Copyright © 2010 - GIE SCEVN